• L'histoire de mon Choupy

    Un petit amour m'a gâtée de son amour pendant 8 mois.

    Je vais vous raconter son histoire,

    car il le vaut infiniment !

     

    Entre cette photo...

    et celle-ci...

    Il s'est juste passé 8 mois...

    Mais tout un monde de douceur et d'amour...

    Mon Choupinou, je t'aime, mon coeur...

     

    Ta petite maîtresse qui t'aimera pour la vie...

     ♥♥♥

      

    Tu as débarqué dans nos vies, le 8 avril 2010.

    A cette époque, j'avais décidé de faire stériliser tous les chats du quartier, car je ne supportais plus de vous voir souffrir... en vous reproduisant sans cesse, chaque année encore plus ! Vous disparaissiez... on voulait penser que vous partiez pour d'autres aventures, dans un autre quartier... mais il n'en était rien !

    Je voulais trapper ta maman, Caramel, qui attendait encore des petits... Et ce soir-là... c'est toi qui est entré dans cette trappe, attiré par l'odeur de la pâtée.

    Tu as du y rester un petit bout de temps avant qu'on te voie...

    On avait déjà fait stériliser la petite Vanille... qui malheureusement, avait la leucose et est partie sur la table d'opération...

    On avait aussi fait stériliser la petite Rya, qui était encore dans notre sous-sol, dans son petit box aménagé pour çà, et on la soignait du coryza fort qu'elle avait !

    Et justement, toi aussi, tu avais le coryza... On a cru qu'il était moins fort que celui de Rya, mais il s'est révélé bien plus grave... Cela aura pris presque 2 mois, pour te soigner... Mais 2 mois où il a ensuite été hors de question de te laisser repartir.

    Nous avons décidé de t'adopter, quand tu serais guéri !

    Je vais essayer de raconter toute ton histoire, petit à petit... Elle est courte, mais tellement belle, mon bébé... mon ange d'amour... Tu es entré dans nos vies avec le coryza, et tu es reparti le 1er décembre 2010, terrassé par un cancer fulgurant des ganglions... l'horreur totale, pour nous, qui te pleurons chaque jour... encore et encore...

    Tu es parti rejoindre notre cher et adoré Lilys... qui nous a quittés le 24 juin 2009. Soyez heureux, tous les deux, mes petits anges...♥

     

    Je vous aime pour la vie

     

    ♥♥♥♥ 

    Mon Choupinou d'amour...

    Ce soir-là, quand on t'a vu dans la cage... on ne savait même pas si tu étais un mâle, ou une femelle... Et c'était le soir, donc trop tard pour t'emmener chez le vétérinaire...Nous étions au début de notre mission, et nous n'avions pas encore les moyens matériels de t'héberger... Nous n'avions qu'un box, et Rya était dedans, dans un piteux état avec son coryza...J'ai du prendre sur moi et te laisser dans cette trappe... qui n'était pas grande, mais pas trop petite non plus... Oh tu as du avoir si peur, mon petit coeur... quand j'y pense !!!Dès le lendemain, je t'ai emmené chez le véto...Comme pour Vanille et Rya, nous t'avons fait tester Felv et FIV...Tu étais négatif... ouf !C'est là qu'on a appris que tu étais un petit "mec", comme m'a dit la véto...Tu étais tout petit... si petit... ta queue était plus grande que ton corps, tout recroquevillé !!!Nous n'avions toujours pas de box construit, et c'était vendredi soir... Ton maître a acheté tout ce qu'il fallait et il a commencé à construire en urgence ton box, qu'il a fini le lendemain... Tu as donc passé une seconde nuit dans cette horrible trappe... Quelle horreur, quand j'y pense...J'en ai beaucoup pleuré ! Je ne supportais pas cette idée !Dès le lendemain, tu as été dans ton petit box... avec un bon dodo tout moelleux... des couvertures, un endroit pour faire tes besoins, une gamelle avec de l'eau, de la pâtée, des croquettes et l'antibiotique Thérios dedans, pour te soigner de ton coryza...Tu n'as pas mangé pendant plus de 2 jours... Mais une fois que tu t'y es mis, c'était parti...Je me sentais tellement mieux, de te voir dans ce dodo douillet... au chaud. Tu avais l'air de bien récupérer de ta castration... tu avais l'air bien, blotti ainsi... juste la tête qui dépassait..J'ai eu un peu de mal à te toucher, tu crachais beaucoup, de peur... normal !!!Mais avec patience, j'ai insisté... jusqu'à te prendre dans mes bras... c'était formidable, pour moi ! Je pouvais enfin te soigner plus facilement...C'est là que tout a commencé... et que mon coeur a chaviré pour toi...Mon petit coeur d'amour...J'ai su dans mon inconscient, que tu ne repartirais pas...Je t'aimais déjà tellement fort !J'ai tout écrit sur le forum de mon petit Lilys...Et c'est ainsi que je vais tout raconter, de toi, mon coeur...

    ♥ je t'aime mon Choupy ♥

    Dulce, ta Tite maman de coeur...

     

    ♥♥♥♥

     

    Tu nous as toujours beaucoup touchés, par tes attitudes...Depuis le début, petit amour... Tu étais si petit, tout menu et recroquevillé... Lorsqu'on te caressait, tu te mettais tout de suite sur le dos, à nous présenter ton bidou... en totale confiance... Et nous... nous sentions coupables de devoir te garder dans ce fichu box d'1 mètre 20, sur 60 cm... De temps en temps, tu étirais tes petites pattes arrière, et çà faisait comme les bébés... comme un petit ressort... Tu les étirais et les remettais de suite sous toi... On avait l'impression de voir une petite souris toute minuscule... mais en confiance... Cà faisait tout bizarre ! On t'aimait déjà tellement ! Je ne travaillais pas, à l'époque... heureusement... car ainsi, j'ai pu aller m'occuper de toi, au sous-sol, aussi souvent que possible... très souvent... Je te caressais, je jouais avec toi, je te parlais, je t'expliquais... Et tu me regardais avec tes grands yeux, ce regard magnifique qui avait l'air de tout comprendre... Tu étais si patient, si gentil, si tendre et câlin, déjà...Je crois que tu as très vite compris que nous voulions ton bien.On voyait bien à ton attitude, que tu appréciais les soins, les caresses, le petit confort, notre douceur, notre amour, notre patience, avec toi...Je pense que tu appréciais tout ce qu'on faisait pour toi...Cà se voyait dans tes yeux, c'était même flagrant !Je crois aussi que très vite, tu nous as adoptés, toi aussi... J'ai complètement craqué pour toi... avec nos regards qui se disaient tout... l'un à l'autre ! Oh mon Choupy, je n'arrive pas à croire que tu es réellement parti...Cà fait très mal... nous te pleurons souvent, comme pour notre Lilys...La vie est si cruelle, de t'avoir arraché à nous, alors que nous étions si heureux !Je t'aime, mon petit amour... si gentil...

    ♥ Je t'aime, mon Choupinou d'amour ♥

    Ta petite maman de coeur

    Mon petit amour,Tout le temps où tu as eu le coryza... et même après...Tu as été tellement facile à soigner...Cà m'a tellement facilité la vie, si tu savais...Tu étais dans ton petit box, tout recroquevillé, chaudement couvert de ma parka rose, ou de couvertures, plus des serviettes de toilette... Et lorsque j'arrivais pour prendre soin de toi, tu t'en remettais complètement à moi, sans discuter, sans craintes... c'était incroyable ! Pour te donner les antibiotiques, et autres cachets, je t'ouvrais ta petite bouche. Et lorsque je laissais tomber le cachet au fond de ta gorge, tu l'avalais directement. Si je devais te donner un liquide, par une seringue, c'était pareil, tu ne rechignais jamais.Tu avais un tel courage, mon bébé... çà ne m'en fait que plus mal encore !Et lorsqu'il fallait que tu manges, je t'installais devant la pâtée, et tu mangeais tout, d'un coup.Cà me paraîssait tellement étrange, j'avais l'impression que tu voulais m'aider à t'aider... c'était tellement fou, d'avoir une telle coopération de ta part ! Je n'en revenais pas !Ensuite, quand tu avais fini la pâtée, tu te retournais, pour manger quelques croquettes... et enfin, tu courais te réinstaller dans ton dodo, en creusant un petit trou de souris... et en filant sous les couvertures que je soulevais exprès pour toi... Tu faisais le tour sur toi-même, tu te recroquevillais tout petit, et tu ne laissais apparaître que ton petit museau... que j'embrassais tout de suite, mon coeur...Je t'appelais mon petit souriceau... tellement tu étais mignon !Et puis alors les ronrons que tu m'offrais, mon bébé... c'était dingue, çà aussi... Tu n'arrêtais pas... Tu étais tellement reconnaissant, déjà... Alors que moi, je commençais déjà à culpabiliser de te laisser au sous-sol, et enfermé dans ce box, plus grand que la trappe, c'est sûr, mais pas grand quand même...Mais je pense que tu avais compris que je n'avais pas le choix...Ton regard me suffisait à me rassurer. Tu me regardais et dans tes yeux, je voyais déjà l'amour... la reconnaissance et la compréhension.Jamais je n'oublierai un tel regard, mon coeur. JAMAIS !Tu m'as marqué à jamais... par ta gentillesse, ton courage.Pourquoi a-t-il fallu que cette maladie t'emporte, après tout ce que tu as vécu ?C'est injuste... c'est dégueulasse !Mon petit Choupinou d'Amour... ton maitre et moi t'aimerons pour la vie !

    ♥ Je t'aime ♥

    Ta petite maman de coeur

    Le 15 avril, tu avais vomi dans la nuit, mon petit amour...J'ai tout nettoyé, et comme je n'avais plus de couvertures disponnibles, j'ai pris une vieille parka rose, dans le placard et je t'ai couvert avec !C'est de là que vient cette histoire de parka que tu adorais vraiment. Tu l'as gardée jusqu'au bout, et à l'heure actuelle, elle est sous mon oreiller, la nuit ! Je dors avec, pour être avec toi dans mes rêves, mon coeur !Tu adorais que je te couvre avec... Tu l'as adorée pendant de longs mois !Ce jour-là, tu avais donc vomi, et tu avais de la température...Je pense que c'était normal, vu le coryza que tu avais... Je t'ai emmené chez le vétérinaire et la piqure t'a fait du bien. Tes yeux larmoyants, ton nez qui coulait et tes éternuements faisaient vraiment peine à voir... Mais le vétérinaire avait l'air confiant, il m'avait dit qu'on n'en reparlerait plus 15 jours plus tard... comme il se trompait, malheureusement !... Tu as traîné cette fichue maladie pendant 1 mois 1/2... l'horreur !!! Malgré ta température, tu me damandais tout le temps des papouilles, des câlinous ! Je me faisais un plaisir de te les offrir, même sans que tu demandes ! Je te revois encore étirer tes jambes, pour vite les replier, tel une petite souris... Je te revois aussi te blottir et faire un petit nid tout douillet sous la parka rose... Comme tu étais choupi, mon coeur... d'où ton nom !!! Petit bébé, tu me manques !!!!!! Cà fait aujourd'hui 2 mois que cette maladie terrible t'a arraché à nous ! Sois heureux et en paix, petit ange de lumière... je t'aime ♥♥♥

    Il y a eu beaucoup de bas, dans cette fichue maladie, pendant un mois et demi... Parfois, je pensais que dans une semaine, çà irait et parfois, c'était tout le contraire, j'avais l'impression que j'allais te perdre !!! C'est dingue les rebondissements du coryza ! Tu te laissais pourtant tellement bien soigner ! Je pouvais faire de toi ce que je voulais... ce qui facilitait bien les choses ! Tu étais en plus tellement câlin... tout était prétexte à des papouilles, pour ton plus grand plaisir et le mien, en même temps ! Hônnêtement, je ne sais pas lequel des deux était le plus content de çà ! Ce qui me perturbait beaucoup, c'était te voir dans cette cage, qui devenait ton univers, dans mon sous-sol. Je ne pouvais pas t'emmener à l'étage, car Mel ne pouvait pas être en contact avec toi... Elle n'était pas encore vaccinée, et sa bronchite chronique ne pouvait en supporter plus !!! J'allais te voir dès que possible, aussi souvent que possible. Tu n'as réclamé qu'une seule fois et ce fut pour moi une horreur, de te voir miauler dans cette cage, quand je l'ai refermée sur toi. Je ne souhaite çà à personne !!! Comme j'aurais voulu t'emmener avec moi au chaud de la maison, tout près du radiateur... et t'envelopper d'une douce et chaude couverture, dans mes bras....... Mais c'était impossible, inimaginable... Tu as été contagieux pendant de nombreuses et longues semaines. Je ne pouvais pas prendre le risque pour Mel !!! Alors je descendais aussi souvent que possible... et inhalations, médicaments, papouilles, câlins étaient de la partie... aussi longtemps que tu le voulais !!! Ce fut vraiment 1 mois 1/2 noir, pour moi dans ce sens-là !...

    Mon petit amour... chaque soir, j'allais te papouiller... te rassurer...
    Je n'arrivais pas à te laisser... je tardais.
    Et quand je me voyais obligée de refermer le couvercle de cette maudite boîte... je pleurais... puis je le rouvrais... pour te caresser à nouveau.
    Tu n'acceptais pas encore trop les bras... à l'époque... je crois que çà te suffisait, que tu te sentais bien, confiné, à l'abri, soigné, aimé, chouchouté...
    Mais moi, j'étais meurtrie, de refermer ce couvercle grillagé... c'était purement horrible !
    Mais je ne pouvais pas te laisser en liberté dans ce sous-sol... propager ce virus.
    Nous aurions pu le transmettre à petite Mel, asthmatique...
    Elle n'allait déjà pas bien du tout, alors il fallait vraiment penser à vous deux.
     
    Chaque nuit, je te couvrais, te bordais comme un bébé... je mettais autour de ton box, des plaques de polystyrène, des couvertures par dessus, pour te tenir encore plus chaud, dans ces nuits froides d'hiver. Mon sous-sol n'est pas chauffé !!!
     
    Et avant de repartir, je te parlais tout le long... puis je passais une petite lampe torche par la petite ouverture que je laissais, pour te parler encore, te dire que je t'aimais, que çà allait passer, et que tu allais bientôt repartir de ce sous-sol où je détestais te laisser.......
    Et je te voyais, je t'entendais... tu ronronnais...
    C'était horrible, de te laisser là, si malade...
    J'aurais aimé t'emmener dans mon lit, à l 'abri, au chaud de mes bras et de mon amour...... ♥